Suivi de l’étude de l’Ombudsman sur la faisabilité de mener des examens médicaux périodiques pour tous les membres de la Première réserve

Le 21 novembre 2017

Ceci est mon deuxième suivi du rapport sur les examens médicaux périodiques pour les membres de la Première réserve. En mars 2017, je mentionnais que le chef d’état-major de la défense avait ordonné un nouveau processus d’enrôlement accéléré dans la Première réserve, lequel a poussé le Groupe des Services de santé des Forces canadiennes à concentrer ses ressources sur le tri médical à l’enrôlement dans l’ensemble des Forces armées canadiennes. Ainsi, le Groupe des Services de santé des Forces canadiennes devait reporter à l’été 2017 la mise à l’essai d’un nouvel outil d’évaluation – le questionnaire sur l’état de préparation médicale de la Réserve.

Depuis ce suivi, mon Bureau est demeuré en contact avec le Groupe des Services de santé des Forces canadiennes. Je suis maintenant en mesure de vous fournir les renseignements suivants :

  • Le processus d’enrôlement accéléré dans la Première réserve est maintenant en place dans tous les éléments responsables du traitement des postulants. Dorénavant, chaque postulant dans les Forces armées canadiennes subit une évaluation médicale au moment de l’enrôlement et se voit attribuer une catégorie.
  • En ce qui concerne les évaluations médicales périodiques, le questionnaire sur l’état de préparation médicale de la Réserve, qui s’adresse aux réservistes en service, a été élaboré comme un outil provisoire pour évaluer l’aptitude physique des militaires à accomplir l’instruction/les tâches au pays.
  • Ce questionnaire autoadministré a été mis à l’essai sur les réservistes participant aux opérations NANOOK et LENTUS. Le Groupe des Services de santé des Forces canadiennes a examiné les leçons retenues de cet essai limité et il compte examiner le plan du questionnaire sur l’état de préparation médicale de la Réserve. Entretemps, on a conseillé aux unités de l’Armée canadienne, de la Marine royale canadienne et de l’Aviation royale canadienne de prévoir du temps dans leurs plans d’instruction, et ce, dès l'automne 2017, en préparation du lancement du questionnaire.

Au moment de la cueillette de données pour l’étude, on avait constaté que les évaluations médicales périodiques de 26 pour cent des réservistes étaient expirées. En septembre 2016, le Groupe des Services de santé des Forces canadiennes estimait que les évaluations médicales périodiques de 19  pour cent des réservistes étaient expirées. Cette estimation se fondait sur l’information limitée extraite du Système de gestion des ressources humaines.

Deux ans se sont écoulés depuis la publication de l’étude. Malgré que le ministère de la Défense nationale ait fait des pas dans la bonne direction, on ne sait toujours pas avec certitude si le questionnaire sera la méthode adoptée à l’avenir, en remplacement du processus d’évaluation actuel. Je demeure donc préoccupé par le peu de progrès accomplis pour assurer des examens médicaux périodiques aux réservistes. Mon Bureau continuera de surveiller de près ce dossier et de demander régulièrement des mises à jour sur les progrès accomplis.

J’encourage tous les membres de la Première réserve et les membres de leurs familles à contacter mon Bureau s’ils ont des questions ou des préoccupations au sujet de cette étude ou des processus qui influent sur leurs soins.

Date de modification :